Aller au contenu principal
Voiture Volante : le Futur devient réel avec l’AirCar
Les Autos

Voiture Volante : le Futur devient réel avec l’AirCar

France -

La voiture volante au début du XXie siècle était de l’ordre du fantasme il y a peu. Un rêve alimenté par des blockbuster américains comme Le 5e Élément ou Retour vers le Futur II. Pourtant, ces projets futuristes ressortent régulièrement des cartons depuis 1950. L’Aircar de Klein Vision en est à son 142 atterrissages. La voiture volante est en passe de devenir une nouvelle réalité.

L’AirCar a tout d’une voiture sportive avec en supplément des ailes rétractables et un aileron extensible soutenu par deux poutres. Le modèle alimenté par un moteur BMW de 160ch propose deux places. Elle ne pèse que 1 100 kg et supporte une charge supplémentaire de 200 kg par vol. La configuration de l’habitacle est à tout point de vue semblable à une voiture roulante. Le système n’a besoin que de 3 minutes pour déployer et ranger ses ailes contrôlé par un simple bouton. La propulsion est aidée par une hélice à l’arrière du modèle. L’Aircar n’est pas le premier essai du professeur Klein mais bel est bien son cinquième modèle. Le sixième est d’ores et déjà en cours de développement.

La Voiture Volante devenue réalité

« L’AirCar n’est plus seulement un concept volant à 8 200 pieds à une vitesse de 100 nœuds, c’est de la science-fiction devenue réalité », appuie Anton Zajac, cofondateur de Klein Vision. La preuve en est au bout de six mois après son premier vol. Le plus éloquent est celui du 27 octobre 2020 lors de son premier vol en toute sécurité de 500m en Slovaquie à l’aéroport de Piestany. Plus tard début 2021, Klein réussit à atteindre 2 500 mètres d’altitude à une vitesse de 170 km/h. Six mois plus tard, Stefan Klein se met aux commandes ou au volant, on ne sait plus trop quoi écrire avec ce type d’engin. Après un vol, il a simplement traversé les rues de Bratislava pour rejoindre le centre-ville comme nous le montre la vidéo.

«Après l’achèvement de tous les tests en vol requis conformément à la réglementation EASA, nous livrerons un modèle avec un moteur certifié ADEPT de 300 ch dans les six prochains mois», déclare le professeur Stefan Klein. et continue « La bonne nouvelle est que nous avons déjà un acheteur. »

Les avancées sont prometteuses cependant l’homologation reste le principal obstacle en Europe avant de la voir voler. Ensuite, un point important, le conducteur devra être aussi pilote. Un brevet de pilotage d’avion de tourisme sera de ce fait obligatoire étant donné l’altitude atteignable avec cette voiture volante.