Aller au contenu principal
Trails des années 80/90 : Yamaha XT 500 de 1976
Motors

Trails des années 80/90 : Yamaha XT 500 de 1976

TomTom -

Sainte Mère des Gromonos

Si tu aimes les trails alors tu ne pouvais manquer la Yamaha XT 500 !

Mais avant d’aller plus loin, je me dois de t’apporter un peu de savoir qui te fera briller auprès de tes potes ! Sais-tu d’où vient le mot « gromono » ? C’est le journaliste de Moto Journal Guido Bettiol qui utilise cette expression pour parler d’un « gros monocylindre ». Voilà, les portes du succès viennent de s’ouvrir à toi !

La XT 500 (X : Trail et T : 4 temps) est présentée au salon de Las Vegas en 1975 et se destine uniquement au marché américain pour répondre à la demande croissante du tout terrain. Je te parle d’une époque où c’était la cool attitude, l’amour libre, Woodstock, les Beatles etc… et l’arsouille TT sans complexe !

C’était pas gagné !

Concevoir une légende prend du temps…la faire rouler encore plus ! Shiro Nakama et ses ingénieurs étaient sceptiques à l’idée de développer un monocylindre 4 temps. En effet ces moteurs avaient tendance à être fragiles et à vibrer exagérément dès qu’on en tirait une puissance honorable. Le développement du prototype prend alors plus d’un an de retard (piston trop lourd, bielles fragiles etc) et le marché américain s’impatiente !

Elle arrive en France grâce à un certain Jean Claude Olivier (oui encore lui) en 1976 qui insiste pour avoir 500 exemplaires pour la concession Sonauto-Yamaha. L’histoire retiendra que les 500 exemplaires furent vendus en 3 mois, ouvrant ainsi la porte à 13 ans de succès et près de 17 900 unités écoulées dans l’hexagone.

La minute écolo…

Qu’on le veuille ou non, l’écologie a toujours eu le dessus sur la moto, tant elle a en souvent dicté ses évolutions. Nous vivons actuellement la transition thermique/électrique, mais bien avant il y a eu la transition 2 temps/4 temps répondant à des normes antipollution toujours plus drastiques. D’où le pari de Yamaha pour le mono de sa XT !

On frise l’excellence et de peu !

La force de la XT 500 réside en deux mots : Conception et Fiabilité.

Elle dispose d’un 499cc mono cylindre refroidi par air de 32ch à 6500 trs/min à boite 5 rapports. Un démarrage kick only, mais avec hublot sur la culasse et décompresseur au guidon. Un poids contenu de 139 kg et le freinage est confié à du tambour pour l’avant et l’arrière (bon chance !). Cependant son autonomie est clairement ridicule … à peine 130 km et les premiers modèles sont en 6 volts.

En 13 ans de carrière, la belle aura très peu de modification tant sa conception de base frise l’excellence ! En 1986 elle passe de 6 à 12 volts, il y aura un allumage électronique, sa géométrie sera corrigée et Yamaha lui offrira différent coloris tout au long de sa carrière.

LA victoire et un tour de force en 1981

On en revient toujours au même … le Paris Dakar. La première édition se courre en 1979 et je te le donne en mille, c’est une XT 500 qui remporte le rallye avec à son guidon Cyril Neveu. Il remettra le couvert l’année suivante avec une deuxième victoire. La XT 500 vient de se faire un nom. (ci dessous : Cyril Neveu et Serge Bacou)

L’édition 81 est marquée par un nombre d’abandon important dans le classement moto. Sur 106 motos au départ du Trocadéro, seuls 31 arriveront à Dakar…dont 11 XT 500 ! Avec ses victoires et sa réputation sur le Dakar, la XT bénéficiera d’une image de vraie baroudeuse pouvant parcourir le monde.

XT 500 dans ton garage : Combien et comment ?

Le bon coté des choses c’est qu’avec 17 900 unités pour la France, on n’est pas sur une rareté ! Mais, elle n’en reste pas moins (très) désirable donc pas donnée. Les modèles originels de 76-77 sont les plus recherchés. Pour un bel exemplaire il faut compter plus de 6000 euros. Les premiers modèles à réservoir alu (81-85) sont également très appréciés et se trouvent aux mêmes prix…voir plus !

Pour une fois, le tour du propriétaire n’est pas trop compliqué. Mais 13 ans de production ça offre aussi pas mal de possibilité de « bidouille ». Regarde bien avant d’acheter ta belle si le motif du réservoir correspond bien à l’année de la moto ! L’idée c’est de te permettre d’avoir une XT500 d’origine, ou pas trop bidouillé.

Pour le reste, c’est comme d’hab ! Regarde bien s’il y a un carnet d’entretien, l’état des consommables et les carénages latéraux ainsi que les gardes boues, bref si tu es fidèle lecteur, tu connais !

Les beaux jours arrivent, alors enfourche ta meule et enjoy !