Aller au contenu principal
Harley-Davidson LiveWire, le test du missile électrique
Motors

Harley-Davidson LiveWire, le test du missile électrique

John -

Oulala, écrire un article sur une Harley-Davidson électrique, c’est une prise de risque. Les passionnés du moteur à combustion crucifient l’électrique en général et rajoutez à cela, la ferveur derrière la marque américaine… c’est un coup à ne pas se faire que des copains. Cependant, cette moto elle est bien là, elle bouleverse les codes et surprend meme les plus sceptiques. Alors elle nous raconte quoi cette Harley Davidson Livewire ?

A la découverte de la Livewire

Je previens, je ne vais pas entrer dans les détails techniques du qui quoi quand comment. D’autres confrères ont déjà écrits leurs papiers depuis bien longtemps sur cette moto et maitrisent sur le bout des doigts tout ce qui touche à la technique.

Notez cependant, que je vous ai réalisé une belle vidéo (30mn quand meme) qui est visionnable ici. On vous donne aussi bien notre ressenti en circulation urbaine, son agilité, ses petits détails cools et la sensation de l’électrique.

Voici cependant les points majeurs que je me suis noté au cours de cet essai :

  • On est loin de ce que l’on connait chez Harley en terme de design

Meme très loin. On a clairement sous les yeux un roadster. Et qui plus est : un roadster sportif. Muscleux, trapu de l’avant avec le cadre qui vient encercler dans ses bras la grosse batterie et l’arrière très léger, presque suspendu au dessus du vide et minimaliste. On est dans un univers où l’on aurait pas pensé que Harley serait allé. Et il faut dire que c’est plutôt réussi. La ligne de la moto est belle, et bien que le gros bloc batterie soit imposant, les proportions de la moto sont justes. On a pas non plus cette effet « batterie-brique » que l’on retrouve sur pas mal de motos électriques. Et que dire des finitions, c’est propre, c’est même très propre. Sur ce coup, c’est validé !

On notera que Harley a mis du coeur à l’ouvrage. On sent la reflexion dans le dessin et les petites attention. Le petit + que j’ai trouve vraiment sympa est le mini « battement de coeur » que l’on ressent lorsque la moto est à l’arrêt. Un peu comme si on ressentait encore l’âme (ou le fantôme ) du Twin de Milwaukee. C’est bien sur desactivable mais j’ai trouvé ce clin d’oeil vraiment sympa.

  • L’autonomie est plus qu’acceptable

Généralement, c’est la question qui arrive quand on parle d’éléctrique. De mon côté, j’ai fait 90% de trajets urbains et je l’ai rechargé….1x en 4 jours ! Bah oui, c’est le principe. Par rapport aux autres motos « à piles » que j’ai pu essayer, les modes de conduite sont vraiment bien pensés. Et dans les usages urbains se basant sur acceleration et freinage, et bien la batterie recharge bien ! D’ailleurs on freine plus, ou quasiment plus, mais on laisse « mourir » la moto doucement jusqu’au feu rouge pour lui laisser reprendre de l’énergie. Le système fonctionne vraiment bien et l’on jongle entre les modes de conduite (4 de base : route, rain, sport, eco  et 3 customisables) pour tirer le meilleur avantage.  On peut approcher des 250kms d’autonomie sans se restreindre sur la poignée de gaz !

Par contre, si vous prenez de la voie rapide avec votre Harley Livewire, oui ca consomme beaucoup plus. Forcément vous n’avez que de la dépense d’energie et pas de recharge… Et dans ces conditions, il faut compter environ 150km d’autonomie… Pas idéale pour partir en roadtrip mais est ce vraiment le but de cette moto ? Beaucoup plus à l’aise sur de l’urbain et de la balade que sur un Paris Marseille (quoique Ewan Mc Gregor a fait fort… on vous en parlera plus tard)

Pour la recharge, à la maison et sans prise spécifique, c’est pas rapide rapide… mais une bonne nuit de sommeil et vous retrouvez votre moto à 100%. Sur les bornes de recharge rapide, elle passe de 0% à une charge totale en 1h !

 

  • La Livewire est un missile

Bah oui il faut le reconnaitre. Avoir 105ch dès 1 tour/minute, c’est agréable. Ajoutez à cela, qu’il n’y a pas de vitesses à passer, et bien elle vous catapulte de 0 a 100km/h en 3 secondes. Pour info, un rocket 3R sur circuit et par un pilote, le fait en 2,73…. Oui …

En plus de cela, sa position légèrement sur l’avant incite à l’attaque. Et là, où je pensais que le déchaînement des pistons et le son rauque de l’échappement allait me manquer sur les accelerations, et bien je me suis surpris a juste profiter de la sensation. Et c’était pas mal du tout !

Rajoutez à cela de vrais étriers de freins Brembo 4 pistons à l’avant qui ont vraiment du mordant.. et vous vous retrouvez avec un vrai roadster. D’ailleurs ca doit etre assez marrant de l’emmener face à des MT09 ou Street Triple, et voir les différences. La Harley est un peu moins agile à cause de son centre de gravité haut (on en parle pas mal dans la vidéo) mais sa partie cycle, ses freins et surtout sa puissance électrique peut en faire une lame !

Cependant, pour ceux qui sont plus adeptes de sensations plus tranquilles. Le dosage à la poignée de gaz est très doux. On peut vraiment rouler sur un filet qu’ouvrir en grand.

Notre avis suite au Test de la Harley Livewire

Premièrement, Est ce une bonne moto ? Oui indéniablement. Elle a tous les critères : rassurante, bon chassis (meme si l’amortissement arrière est raide), moteur puissant, bonne tenue de route, belles finitions. Donc oui c’est une bonne moto.

Deuxièmement, son prix. Elle coute environ 35 000 euros. C’est une somme coquette, comme on dit, pour une moto. Et globalement, le ressenti que j’ai eu auprès de mes amis apres leur avoir fait essayer est « Elle est géniale mais 35 000 quoi ». Mais bon, et pardonnez moi la Comparaison, quand on voit une 911 ou une Huracan, on dit pas « elle est chère », même si l’on roule en Clio tous les jours. En fait, elle est chère suivant le budget que l’on est prêt à mettre dans un 2 roues.

Et à partir du moment où vous commencez à réfléchir à acheter une moto dans cet ordre de prix, c’est que le porte feuille suit…. et dans ce cas là … tout de suite le prix à moins d’importance. Si vous voulez c’est comme s’acheter une Rocket TFC, une Panigale V4 superleggera ou une Brough Superior.

Ce sont des exceptions dans la production actuelle, des series minimes, des motos à l’aura forte, et pour moi c’est dans cette dynamique que s’inscrit la Livewire. Et celà, à un prix.

Troisièmement, Est-ce une Harley ? Alors là, ca sent le débat. Je suis d’accord avec tout le monde, comme ca pas de problèmes ahah. Plus sérieusement, oui pour la grande majorité de nous, une Harley c est le Twin a 45° avec sa sonorité si particulière, ses good vibes, son odeur d’huile et d’essence. C’est comme ca que l’on se représente Harley-Davidson.

Mais est ce parce que c’est l’image que nous en avons que cette Livewire électrique n’est pas une Harley ? Et bien si. C’est comme si l’on obligeait Ducati à ne faire que des hyper sportives (et pas de trails,  ni de scrambler) ou Triumph que des néo-rétros (et pas trail non plus, ni de custom avec leur bobber etc…). C’est sur que ce n’est pas là qu’on attend les Américains, mais ils y sont allés quand meme et qui plus est avec réussite. Car oui, cette Livewire a un gout de « reviens y » et l’on a le sourire à son guidon. Et n’est ce pas cela le principal ?

Ne manquez pas le test complet en vidéo à la suite

Plus de tests et d'essais

Le site de Harley Davidson

Notre test de la Harley Davidson Livewire

  • La puissance de l'électrique !
  • Les performances
  • La facilité de conduite
  • Les finitions
  • Véhicule d'exception
  • Le centre de gravité haut
  • Autonomie toujours juste pour voyager
  • Le prix élitiste
88%
Note globale :
18/20