Aller au contenu principal
Essai Yamaha XSR 125 : la moto neo-retro vintage qui a tout d’une grande
Motors

Essai Yamaha XSR 125 : la moto neo-retro vintage qui a tout d’une grande

John -

Et oui un test d’une moto de 125cm3 sur 4h10, c’est plutôt rare. Cependant, la XSR 125 du constructeur japonais Yamaha vient tel une boule de bowling chambouler le marché des 125 « vintage », actuellement dominé par les marques chinoises. Entre pluie, pavés et course façon « moped », on vous livre notre avis sur cette moto.

Amsterdam. Entre autres spécificités, cette ville est bien connue pour rouler. Pas toujours à moto, mais cette fois-ci, ce sera bien d’un test moto en bon et due forme dont nous allons vous parler. 

Petite aparté, nous vous avons fait une belle vidéo facon VLOG de l’essai, qui est à consulter directement ici. (et profitez pour faire un tour sur notre page Youtube, il s’y passe pleins de choses cools) 

Pourquoi proposer cette Moto 125 vintage ?

Tout d’abord petit état des lieux. Les motos 125cm3 au look vintage pullulent dans nos rues. De nombreuses marques se sont lancées sur ce créneau depuis quelques années (Mash, Briston, Mutt, etc…) et cette alternative au scooter a séduit de nombreuses personnes.

Cependant, les assemblages parfois … aléatoires, des choix d’alliages de métaux de mauvaise qualité, ou encore des SAV au temps de réponse très long, ternissent l’image de certaines de ces motos. On a beau avoir le look. Si on peut pas rouler avec, c’est nul.

Face à ce marché porteur, le vent nippon a décidé de souffler pour lui aussi manger sa part du gateau.

C’est donc en toute logique que Yamaha vient étoffer son offre Sport Heritage « Faster Sons » avec cette XSR125. Si vous vous demandez ce qu’ont dans le ventre les XSR 700 et XSR 900, je vous invite à aller consulter notre dossier sur les néo-retros ici.

Nous voici donc embarqué pour Amsterdam afin de cette tester cette « Chinese bike Killeuse ».

Niveau météo, je ne vous le cache pas. On a connu mieux. De la pluie et du vent. En même temps, cette XSR125 est sensée pouvoir rouler tous les jours, quelque soit le déchainement des éléments. Et là, niveau déchainement c’était pas mal. Des averses diluviennes, du vent latéral et des tout petits pavés qui sont le cauchemard des motards, on etait servi.

A la prise en main, les 140kg de la XSR125 font merveille. Cette légèreté lui offre une facilité à la bouger, meme moteur arreté, absolument fabuleuse. N’ayez plus peur de la garer en côte (niveau côte en Hollande, ca reste léger, il faut se l’avouer), vous pourrez la déplacer sans le moindre effort.

Si vous êtes dessus, attention aux moins de 170cm. L’assise reste dans la moyenne, mais l’étroitesse de l’assise permet d’avoir les 2 pieds à plats. C’est rassurant et ca tombe bien. Car cette moto s’adresse avant tout à ceux en quête d’un premier 2 roues « pour se faire la main » ou alors à tous ceux ayant eu leur permis il y a pas mal d’années sans pour autant avoir roulé…  En meme temps, si vous avez une hypersportive et qu’il vous faut un 2 roues pour aller chercher le pain, ca peut faire le job aussi.

BREF. Notre avis lors de  ce test sera donc orienté pour répondre aux besoins des « jeunes permis », plutôt qu’aux motards super aguerris.

Pour etre proposée à 4599 Euros, Yamaha a du faire des concessions. On regrette un peu trop de plastiques (notamment le reservoir qui est une coque protégeant le vrai, en métal, en dessous), des comodos super basiques, des gaines et cables électriques parfois visibles ou encore un amortisseur arrière non réglable (on va s’en reparler de lui).

Yamaha XSR 125 test moto 125 vintage Yamaha XSR 125 test moto 125 vintage Yamaha XSR 125 test moto 125 vintage

Cependant, en terme de look global, la XSR 125 est flatteuse et valorisante. On pourrait meme croire sous certains angles que c’est une 250cm3, voir une petite 500cm3 pour la noire avec ses élements de cadre et moteur monochrome lui donnant l’illusion d’etre plus massive.

On aime les stickers sur le reservoir, superbe allusion au vintage et l’heritage de Yamaha, les gardes boues peints, ou encore les quelques pièces en alu qui viennent tirer cette moto vers le haut.

Petit point qui m’a étonnamment bien surpris. Le pneu arrière est en 140. Plutôt gros pour une 125 mais tant mieux !

Il est deja temps d’y aller et de prier pour que la tenue de pluie soit bien étanche.

Le test de la Yamaha XSR 125

Démarreur. Le moteur se reveille avec un bruit feutré. Pour les connaisseurs, c’est le meme que sur les MT125 ou en R125 de Yamaha. Donc déjà largement éprouvé.

Dans Amsterdam, les rails de Tramway humides viennent taquiner le grip des pneus d’origine qui après quelques kilomètres de chauffe se montrent de plus en plus rassurants.

Les commandes sont douces, meme si le point de patinage du levier d’embrayage (non réglable) est un peu loin, les vitesses passent en toute douceur et la position plutôt droite permet d’avoir une bonne visibilité sur les cyclistes arrivant en mach 12 puisqu’ils ont « priorité partout , tout le temps ».

Il est temps de sortir de la ville et s’élancer sur les quelques virages devant nous.

Admettons le, cette XSR 125 est super facile à conduire. On peut avoir quelques approximations dans les trajectoires, aucun soucis, elle tolère les re-ajustements. Vous arrivez en 5ème à 30km/h ? Pas de problème, elle relancera sans cogner. Un obstacle devant et une prise des freins un peu trop vive ? Le mordant n’est pas exceptionnel mais permettra d’éviter de piler, et en plus, il y a l’ABS.

Reconnaissons le, pour un motard plus expérimenté, le feeling au niveau des freins nous laissera… surpris. C’est un peu flou au debut et on peut serrer bien fort le levier sans se dire « Wow ca freine fort ! ». Pour un débutant, je me dis que c’est le genre de détails qui peut lui éviter de se mettre au tas, si par mégarde, il prend les freins en virage. Qui veut tester ?

La Fourche ne pompe pas, et le train avant se veut rassurant.

Nous longeons les villages aux maisons colorées et où la vitesse est limitée par de nombreux dos d’anes fort abruptes. Bien que la fourche encaisse bien, si vous arrivez trop fort dessus, l’amortisseur arrière vous fera ressentir sa fermeté. On optera pour légèrement se surelever en prenant appui sur les reposes pieds par la suite.

En meme temps, en étant non-réglable, il doit convenir au maximum de profils. Que vous fassiez 50kg ou 120, que vous soyez seul ou à 2 sur la XSR 125, il doit etre efficace dans le maximum de situation. D’où cette rigueur.

En terme de plaisir moteur et d’agrément de conduite, on notera qu’a partir de 7500 tours, et pour des raisons techniques, une « reserve » de puissance arrive. En tant que grands enfants, on se surprend à ne presque jamais rouler sous cette limite et, tels des souvenirs d’adolescents, la course peut démarrer ! Recherche de l’aspiration, passage de vitesse express, avec le torse collé au reservoir, poignets en coin pendant de longues secondes (minutes ?), recherche de la trajectoire parfaite pour gagner quelques dizaines de centimètres… Bref tout est bon pour passer devant.

Et bizarrement, cette puissance, forcément limitée, nous replonge dans l’adolescence. On se marre, on se taquine et on se debriefe à l’arrivée. A puissance égale, et quand tout le monde est à fond, c’est la qualité du pilote qui permet de passer devant (petite dedicace à mes collègues que j’ai honteusement dépassés)

Les chaussettes humides et le pantalon de pluie flottant au vent, nous rentrons à l’hôtel pour terminer cette journée.

Notre bilan sur l’essai de la Yamaha XSR 125

Quand un top constructeur mondial se penche sur une 125cm3, forcément il y a un savoir-faire. C’est un peu le meme débat qu’avec les préparateurs motos. « Real shops make their own parts ». Et bien c’est un peu vrai. Beaucoup de 125cm3 au look vintage sont des assemblages de pièces diverses, parfois par choix esthétique, parfois par choix économique. Mais quand on s’appelle Yamaha, on ne peut pas faire ca.

Cette 125cm3 est une moto avant tout, et elle nous l’a prouvé par sa cohérence globale, son aspect extrémement rassurant à la conduite, sa ligne esthétique plutôt réussie. Et vue la marque, on est plutôt rassuré sur le « comment elle va vieillir ? « . Ajoutez à ceci, le reseau de concessionnaires Yamaha pour toute demande de pièces détachées et entretien, autant de raisons, pour mieux dormir la nuit.

Proposée à 4599 euros, c’est plus cher que la concurrence. Mais à la revente, cela sera sans doute plus facile de récuperer ses billes….

SITE YAMAHA