Voici la petite dernière des créations 4h10 …

J’avais adoré le coté jouet passe partout de la HONDA « Dirty Sandy » mais elle manquait un peu de souffle à mon gout, la Kawasaki W650 « Screaming sushi » était un vrai plaisir au quotidien mais du coup il lui manquait le coté baroudeur de la Dominator et également quelques chevaux… bref il me fallait surtout une excuse pour me lancer sur une nouvelle base !

Après toutes mes machines vendues et de longues semaines de réflexion je me décide pour la première fois de ma vie à acheter une machine neuve … oui oui !

Une machine qu’on ne trouve pas (encore) à tous les coins de rue, une machine qui soit aussi à l’aise en ville que sur nationale et qui n’ai pas peur d’emprunter l’autoroute à rythme soutenu si besoin (la résistance du pilote étant une autre histoire), une machine qui offre un bon confort seul ou en duo (ouais on vieillit), forcément un twin pour la polyvalence et la disponibilité !

Street Twin ? Hum pas mal mais temps qu’on y est autant prendre la grosse … ce sera donc une Triumph (ma première) Bonneville T120 1200cc … la nouvelle Thruxton étant un poil trop exclusive pour mon usage et une très mauvaise idée pour les quelques points qu’il me reste …

Je ne vous apprend rien, une fois seul dans son garage la belle devant soi on réfléchie différemment en termes de transfo avec une base à 12 000€ qu’avec une base à 1500€ ! Le défi est donc de modifier cette machine tout en douceur sans que quoi que ce soit ne soit irréversible … on ne coupe pas, on ne soude pas … pas de noir mat ni de bandes thermiques … ce coup-ci on devra y regarder à 2 fois pour savoir ce qui est d’origine et ce qui a été modifié par mes soins!

Commençons par un premier constat simple de ce qui « cloche visuellement » sur cette machine ….

> Les gardes boue enveloppants
> Les énormes clignotants
> Le monstrueux feu arrière
> les poignées arrières trop chromées
> Les silencieux trop longs
> Le réservoir de 14L un poil gros
> Les roues un peu petites
> Les réflecteurs de flancs de fourche

Commençons donc par là …

Comme vous l’imaginez l’offre de « belles » pièces aftermarket est quasi inexistante pour le moment (bien que cela arrive très vite) il va donc falloir piocher dans le catalogue Triumph et tenter d’adapter de l’universel.

La première étape a donc été le remplacement du garde boue avant avec celui de la petite sœur (Street Twin) et la suppression des poignées arrières … jusque là, quasi tout est quasi plug & play …. quelques vis et rondelles plus tard on a gagné 5 kilos …. on passe de pièces en métal à du plastique bien plus légers et bien moins cher à remplacer en cas de chute ! Le GB avant ainsi que les caches latéraux proviennent quant à eux de chez nos amis de chez TAMARIT MOTORCYCLES, du plug & play avec couleur personnalisable !

Le choix des clignotants est rapide, la marque propose des mini clignos led ultra lumineux, plutôt jolis, bien finis, à prix acceptable, homologués et surtout Plug & play … parfois il ne faut pas chercher les complications gratuites 🙂

Le feu arrière choisi est un modèle SPEEDSTER de chez PRISM MOTORCYCLES, une platine d’adaptation sur mesure a été réalisée pour l’intégrer parfaitement au garde-boue arrière (Merci BICHOUSSE CUSTOM PARTS) !

Vient ensuite la délicate question des silencieux … trouver des modèles plus légers visuellement, qui remontent légèrement, adaptables « facilement » et à un prix « humain » … le bonne nouvelle étant que le catalyseur est placé sous la moto et qu’il suffit de desserrer un collier et 3 vis pour monter de nouveaux échappements sans forcement revoir la cartographie. C’est donc de l’aftermarket et des adaptateurs de Norton retaillés qui feront l’affaire >>> La moto respire avec un son un peu plus puissant mais sans pour autant être fatiguant ou alerter la maréchaussée, le combo parfait et à prix réduit !

La T120 est une belle grosse moto mais le réservoir est un chouilla trop volumineux à mon goût, d’après mes calculs le réservoir de la « petite » Street Twin 900 cc (de 12 litres) devrait s’adapter tout en contenant la pompe à essence et jauge de la « grosse » T120 … Pari réussi, ici encore c’est du Plug & Play , une peinture et des badges de Thruxton plus tard le tour est joué et la ligne générale affinée! (autonomie environ 200km).

On fini le look avec un sabot moteur type scrambler (catalogue Triumph), des jantes passées en epoxy noir, une grille de phare, des rétroviseurs courts(TAMARIT MOTORCYCLES), une selle confort Triumph à bourrelets pour être vraiment bien seul ou à 2 (en attendant que l’offre aftermarket s’etoffe) … une selle surprise est en cours de création !

Les folles images de Guillaume Bournisien !

… histoire à suivre !