Il y a quelques semaines nous vous avons présenté la BMW R100 de Nico baptisée « Silver Bug »

Maintenant, fini les enfantillages et les meules poussives sous prétexte de « rodage », on passe aux choses sérieuses, à la beauté du sud face à la froideur allemande, au bruit mélodieux plutôt qu’aux contre-cones vides, aux caprices mécaniques tellement plus plaisants que l’horlogerie infaillible (ou presque), bref à une MOTO GUZZI.

Au commencement, il y a des moments clés comme ça dans la vie. Des moments où l’on en a marre de rouler sur des japonaises de moins de 5 ans avec 100 bourrins dans le moteur et un âne bâté au guidon. Et c’est à ce moment là que on se lance un défi.

Le mien a été de se lancer dans ce projet de caférisation sévère en ayant comme seule expérience mécanique de graisser une chaine…

Comme chez 4H10, nous trouvons que les choses faciles manquent terriblement de piquant, rien de mieux que de partir sur cette base :

Non, vous ne rêvez pas, c’est bien une guzzi california avec ses 260 kilos sur la balance, les commandes avancées et son guidon corne de vache, bref la base idéale !

Et là vous vous dites : « Mais pourquoi il nous parle de Le Mans alors que c’est une california ??? »

Et là je vous réponds:  » Cette moto appartenait à un ami. Il avait acheté une california d’occasion mais avec un moteur mort. Quelques semaines plus tard, il a trouvé dans une bourse d’échange, un moteur de Le Mans III avec moins de 10 000 km au compteur. Il l’a remis en état, changé tous les joints séchés par le temps, et l’a greffé à la place de celui de la california  »

Le hasard faisant bien les choses, tous les cadres de guzzi de l’époque étaient les mêmes. Merci M. Tonti :)

 

 

Avec le cadre et le moteur, me voila avec un dragster , il ne me restait plus que l’esthétique à modifier …

Parmi les modifications :

- Peinture du cadre en bronze clair

- Fourche avant coupée et rabaissée

- Garde boue avant chromé adapté sur le rigidificateur de fourche

- Etriers de freins reconditionnés et durites avia

- Pattes de phare Tomaselli et phare de cb 750 avec vernis jaune

- Platine de compteur maison

- Bracelets multi position tomaselli

- Commodos en alu de guzzi Jackal

- Moteur peint en haute temperateur noire et caches culbuteurs polis

- Reservoir de 1000sp adapté

- Selle faite maison

- Commandes reculées Tarozzi

- Pots Dunstall réplica

[blockquote]Pour le bruit, les chicanes ont été « fignolées » maison à grands coups de tige filtée…[/blockquote]

- Pont, caches culbuteurs et fourreaux de fourche polis

- Circuit électrique entièrement refait avec 2 faisceaux différents (un pour l’allumage, un pour tout le reste,…)

- Peinture maison style JPS

Au final je me retrouve avec une bécane bruyante, inconfortable à souhaits, qui sent l’essence mais avec du couple à revendre et une partie cycle géniale. La vraie définition pour moi du café racer !

Merci à ceux qui m’ont suivi, aidé et apportés leurs conseils dans ce projet, à Bruno, et à Nico qui m’a aidé à la pousser plus d’une fois lorsque j’etais en galère de batterie :)

 

Credits photos : Carl et Elodie de CREM PROD, Karoline BUSS – Mademoiselle Agency Paris

11 Responses

  1. Denis

    Chapeau l’artiste,dommage que les photos (très esthétiques par ailleurs) soient si sombres que l’on devine la moto au lieu de la voir…

    Répondre
  2. Le Schum

    Je suis assez d’accord pour les photos, jolies mais sombres !
    Très belle meule, ça donne envie d’aller flirter avec les p’tites routes sinueuses.
    Bravo.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.