L'avis 4h10
Le plaisir de conduiteLe caractère italienLa boite de vitesse
Le prix vis à vis de ses concurrentes Le gros pneu avant sur la bobberGenoux parfois sur les cylindres
8.3Note finale

Cette fois-ci, c’est Fatih, conducteur de Moto Taxi, qui s’est prêté à l’exercice de l’essai de la nouvelle gamme : La Moto Guzzi V9 Roamer et la Moto Guzzi V9 Bobber.

Alors ça dit quoi de passer d’une Goldwing à ces soeurs jumelles originaires de Mandello ?

 

C’est lors d’un (mini) road-trip de 2 jours que j’ai pu essayer, à tour de rôle, ces 2 motos.

Tout d’abord, leur âme : le légendaire moteur bicylindre en « V » de 853cm3 affichant 55ch  à 6250 tr/min et 6,2 daN.M à 3000 tours. (soit quasiment la même chose que la Triumph Street twin doit nous avons fait l’essai ici)

Ce charmant v9, qui peut apparaitre comme plus destiné aux motards avec un peu d’expérience, est aussi adapté aux jeunes permis. Et oui car même bridée, la puissance reste peu éloignée du « full » assurant un agrément de conduite conservé.

Avec un poids, tous pleins faits, juste en dessous des 200kg (199 pour être précis), devons nous attendre à une tigresse ronronnante ou chaton miaulant ?

Moto Guzzi V9 Roamer bobber test avis café racer 4h10

Il faut le dire avec Moto Guzzi, c’est comme dans Forrest Gump avec les boites de chocolat, on ne sait jamais sur quoi l’on va tomber.

Et cette fois-ci, la surprise est bonne (adieu chocolat à la liqueur !).

Souple avant tout, c’est son caractère qui permet d’enrouler paisiblement. Le gros couple en bas assure la relance pour ensuite délivrer sa puissance dans les tours, et grâce à la boite de 6, de disposer d’allonge.

A propos, plus besoin de changement de vitesses intempestifs pour trouver le combo rapport idéal/puissance. Allié à une poignée de gaz précise, une injection bien pensée et au frein moteur, on se surprend à « cruiser » avec le sourire au coin des lèvres.  Pour les puristes, le fameux « balancement » de gauche à droite à chaque coup de gaz est toujours d’actualité ! Elle a gardé son caractère et c est tant mieux !

Moto Guzzi V9 Roamer bobber test avis café racer 4h10

Les étriers Brembo 4 pistons et 2 pistons a l’arrière sont efficaces. A souligner, le frein arrière qui est un frein et non pas un ralentisseur…

Excellent point : La boite de vitesse. Il faut l’avouer, ça n’a jamais été le fort des italiens de chez Guzzi… Et bien cette fois ci, les ingénieurs ont réalisé un travail remarquable, la faisant totalement oublier.

Que ce soit en ville, ou sur départementales, la Moto Guzzi V9 est à l’aise partout (sans doute moins sur autoroute…). Efficace et intuitive, c’est la dolce Vita !

Moto Guzzi V9 Roamer bobber test avis café racer 4h10

Alors entre la Roamer et la Bobber, laquelle choisir ?

Issues de la même base, ce sera le look et l’ergonomie de conduite que les départagera. !

Au global, on ne sait pas vraiment comment catégoriser ces motos… Mix entre cafe-racer et custom, Moto Guzzi a réussi à en sortir 2 véritables déclinaisons.

La Roamer :

Moto Guzzi V9 Roamer bobber test avis café racer 4h10Moto Guzzi V9 Roamer bobber test avis café racer 4h10 Moto Guzzi V9 Roamer bobber test avis café racer 4h10Moto Guzzi V9 Roamer bobber test avis café racer 4h10

Plus haute et avec une selle plus épaisse,  un guidon haut d’inspiration 70, sa peinture flashy pailleté, sa roue avant en 19″ vous invite à cruiser sur l’ancienne pacific highway qui relie san Diego à Seattle, sans enlever le fait que l’on puisse solliciter son agréable moteur si le besoin de palpitant se fait sentir.

La position est droite, avec les pieds légèrement en avant et ses amortisseurs répondant à l’appel, la rend accessible avec une position de conduite naturelle quasiment immédiatement.

L’ABS (devenu obligatoire) est idéal pour les plus téméraires ou les moins expérimentés. Attention aux pneus d’origine, pas toujours rassurants.

 

Le Bobber :Moto Guzzi V9 Roamer bobber test avis café racer 4h10Moto Guzzi V9 Roamer bobber test avis café racer 4h10Moto Guzzi V9 Roamer bobber test avis café racer 4h10 Moto Guzzi V9 Roamer bobber test avis café racer 4h10Le drag bar, la finition noir mat dont sa ligne d’échappement finition noir et les jantes Alu donnent un côté racé , voir un peu mauvais garçons.

Le (gros) pneu avant en 130mm sur une jante de 16″ alourdit la moto et la rendant moins aisée à manoeuvrer à basse et moyenne vitesse…

La position plus en avant sur la moto en fera râler certains, qui auront les genoux pas loin des cylindres chauds..

Sur les 2 motos, un compteur unique regroupe pas mal d’infos pratiques tel le rapports engagé, la consommation instantanée, la moyenne , la distance réalisable, la température et surtout pour cette catégorie un contrôle de traction que vous pouvez désactiver ou un mode pluie/temps sec.

Le petit détail qui tue pour nous utilisateurs de nouvelles technologies , une prise usb très discrète pour recharger nos smartphones.

 

Notre bilan sur les nouvelles Moto Guzzi V9 ?

Tout d’abord et sans doute le plus important, le plaisir de conduite est bien présent. Le moteur répond et permet d’enrouler sans soucis, la boite de vitesse est précise et la position permet d’enchainer les kilomètres sans sourciller.

Clairement plus orientée sur le confort que la sportivité, ces V9 correspondront aussi bien aux attentes des débutants désirant avoir une moto « lookée » pour commencer mais aussi aux plus aguerris, roulant en ville au quotidien ou à la conduite plus musclée sur petites routes.

Moto Guzzi a veritablement passé un cap avec cette V9 sans renier son ADN, par rapport aux V7, et c’est tant mieux ! Dans la gamme des moyennes cylindrées légères, la V9 a toute sa place. 

Proposée au prix de 9990€ pour la Roamer et 10 390€ pour la Bobber, toujours assemblée Mandello del Lario dans l’usine historique, c’est aussi s’offrir un morceau d’Italie !

Photos : Gwendal Salaün

 

22409

Propulsé par MailChimp!