Aller au contenu principal
Lifestyle

L’équipée

Nico -

Bien sûr que ça vous parle « L’équipée » … mais si …. vous vous souvenez de la video teaser … 😉

Avouons qu’aux premiers abords ça sent presque la campagne de pub pour une marque de jeans … tout y est, les 5 nanas plus que mignonnes, les looks de magazines, les motos vintage … MAIS ça s’arrête là !!!

La suite est un périple de 3000KM à travers l’Inde et l’Himalaya  à guidon de Royal Enfield …

On vous raconte …

C’est une histoire d’amitié toute fraîche entre cinq Parisiennes, qui s’est soudée autour d’un projet d’aventure à moto. Bien équipées oui, mais avec élégance surtout. Par cette aventure himalayenne, elles ont démontré qu’on peut allier le côté roots d’un challenge moto avec le chic de la french touch.

La préparation de l’aventure, montée en deux mois avant départ tenait déjà du défi. C’est court deux mois ! Néanmoins, elles ont réussi à s’allier de nombreux soutiens, dont Royal Enfield pour les motos et le mécano, et Culture Vintage Eurêka , American Vintage, The Quiet Before, Ruby Helmets, Piece of Chic… pour l’élégance.

Un trip assez dingue, en autonomie quasi complète (transporter une réserve d’essence (10 litres), de l’eau et ses bagages est une première difficulté à gérer), sur lequel ont alterné routes bitumées – presque – impeccables, et pistes en tous genres, de celle aux « cailloux pointus mobiles » (dixit Louise B) à la boue vicieuse, passages de gués qui n’étaient pas, oh non, de simples flaques d’eau, neige fondue et brouillard sur chemins étroits avec précipices qui n’offrent aucun droit à une seconde de distraction…

Si le périple a commencé en douceur à Manali en Himachal Pradesh, dès le col du Rothang, le premier jour, il a pris une tournure plus radicale. Après les grands lacs puis Leh, capitale du Ladakh, elles ont tracé vers le très confidentiel Zanskar, vallée en cul-de-sac où l’on croise très peu de riders. Plénitude du monde bouddhiste avant de changer complètement d’univers au Cachemire, et de terminer par le redoutable col de Sach, un exploit dont elles ne sont pas peu fières, sachant que beaucoup en parlent, mais peu le font.

Les images de Johann Rousselot.


l'equipee moto 4h10.com

l'equipee moto 4h10.com l'equipee moto 4h10.com

l'equipee moto 4h10.com
l'equipee moto 4h10.com

Cette dernière partie fut la plus épique de leur voyage : une queue de mousson, toujours possible au Cachemire, ayant rendu les routes épouvantables et difficilement praticables. Deux cent à trois cent morts suite aux inondations auxquelles les filles ont échappé à 24 heures près. A 2 4h10 exactement (il n’y  pas de hasard).

A la louche : une trentaine de chutes sans gravité, une plus grave, sept crevaisons, deux éboulements et route coupée, une tourista, trois victimes du mal des montagnes (soulagés sous masque à oxygène au camp militaire de Pang, et résolus une fois repassées sous la barre des 4000m), et une brûlure au second degré avec la cafetière le dernier jour. On s’engueule, parce qu’il n’est n’est pas toujours aisé de rouler en équipe, quand on n’a pas le même rythme, les mêmes facilités à franchir les obstacles.

On se réconcilie, en avouant ses peurs, en réclamant l’attention des autres, et c’est ainsi que regarder dans le rétroviseur devient un acte de solidarité et d’amitié. Ce défi himalayen fût pour elles la pierre fondatrice d’un groupe et d’une amitié inaltérable. 

Il en est sorti des femmes comblées et grandies, qui n’attendent bien sûr qu’une chose : ré-enfourcher au plus vite leurs montures. Elles rêvent de Colombie l’hiver prochain… Si vous voulez leur donner un coup de pouce pour l’organisation des prochains trips ou bien produire le film en cours de montage, contactez les via leur page facebook.

L’épopée complète des filles dans le dernier ROAD TRIP MAGAZINE !

En attendant la version longue …