Et oui, cher motocycliste chevronné, ce n’est pas parce que le premier épisode a cartonné – merci petit Dieu des motard aka l’urbain et bien aimable St Luxeuil, qui non seulement te protège des insidieux dangers de la route mais partage aussi gracieusement son nom avec la première montre de chez Carzo&Lieutier – que le second est forcément décevant. Et pour réussir ce défi de transformer une marque naissante en marque qui marque – oui, c’est limite…, la jeune et fraîche maison horlogère lance sa nouvelle création : la Turini.
Pour te re-situer le contexte, car, je te l’accorde, c’est toujours fort désagréable de prendre une saga en cours, Carzo&Lieutier naquit en l’an 2016 avec l’avénement de sa première montre réalisée par des motocyclistes pour des motocyclistes.
En effet, Philippe (Carzo) et Guillaume (Lieutier), les deux fondateurs – tu l’avais sans doute déjà deviné car tu es bien concentré sur ce papier et je t’en remercie – sont férus de moto et se rencontrent grâce à cette passion commune. L’un mécanique – préparateur de 21 grammes Motorcycles – l’autre ne cesse d’entreprendre – Smokey Joe -, ils décident donc d’unir leurs talents et envies.
Deux ans après le succès de leur première montre financée grâce à la plateforme d’économie collaborative Kickstarter, ils relèvent le défi de persister et signer en proposant la Turini.
Ok, la Turini, mais où, comment, pourquoi?
Turini, c’est un mythe. Les lacets de son col surplombe les Alpes-Maritimes – autant te dire que c’est magnifique, une route de montagne avec pins et sapins, mélèzes et ruisseaux chantants dégringolants de parois rocheuses – et ont vu les pilotes du Rallye de Monte-Carlo emprunter ses virages à presque chaque édition.
Un course spéciale, devenue un lieu de pèlerinage pour beaucoup de motards européens et source d’inspiration pour Carzo&Lieutier.
Sur cette nouvelle montre, tu retrouves leur marque de fabrique et leur ADN mécanique :
  • La forme du boitier rappelle celle d’un circlips
  • Le bosselage à gauche avec un moletage droit rappelant la technique du guillochage
  • La couronne reprend la forme d’un engrenage de boite de vitesse
  • À l’arrière de la montre, tu reconnais une vis BTR
  • Et le cadran est rayonné

Si toi aussi tu veux participer à cette aventure de montres assemblées en France, n’hésite pas à te rendre sur Kickstarter.