Cette fois-ci, c’est Johan qui nous parle de son experience. Apres de multiples motos, il a craqué pour une Moto Guzzi V7 Racer. Alors bon ou mauvais choix ? Voici son essai :

* 4h10 est un lieu de partage et d’échange avant tout pour la communauté. Si vous souhaitez partager vos essais ou autres, faites nous un petit email.

Un an en Moto Guzzi V7 Racer

 » Un an deja que je sillone les routes au guidon de mon racer transalpin, et pourtant une question me reste en tête à chaque fois que je me pose sur ses bracelets : comment me suis-je retrouvé à 23 ans, après des choix on ne peux plus modernes, à pousser la porte d’une concession Moto Guzzi ?

Près de 50 chevaux séparent ma regrettée Aprilia shiver et ma v7, et pourtant, rien ne me ferait renoncer au twin transversal qui balance de gauche à droite. Avant d’y arriver pourtant, le choix à été difficile. J’ai d’abord voulu m’offrir un Monster s2r, mais le réseau ducati m’a bien fait comprendre qu’elle passerait plus de temps chez eux que sur la route….

Moto Guzzi V7 3 III iii racer test avis prix comparatif Moto Guzzi V7 3 III iii racer test avis prix comparatif

Je suis passé voir du côtés de Triumph, mais le moteur moderne de la très belle Street Cup ne m’a pas convaincu. Les BMW sont chères et trop aseptisée à mon gout, un jeune comme moi n’est clairement pas la cible du R nineT.

J’ai toujours aimé le look de la v7, et mon penchant pour les moto italiennes n’y est pas etranger… mais dans ma région, en voir une de près reste aussi rare qu’un jour de pluie. Alors une v7 racer, c’est comme gagner au loto!

Les concessions m’ont bien sur proposées d’en commander une, mais je reste convaincu qu’il faut voir et toucher une machine avant de sortir le chéquier…

Du côtés de l’occasion, la v7 est un modèle qui côte, et trop rare pour vraiment faire son choix, surtout dans le sud. Les presque 10 000€ demandés pour une belle racer d’occasion m’ont refroidis… pourtant un jour que je flanais à Toulouse, la chance a tourné, et devant moi se tenait une v7 III racer neuve. Bien que dépassant mon budget assez largement, la voir en vrai ne m’a pas laissé indifferent et ce jour là la raison ne l’a pas emporté.

 

  • La différence de prix est elle justifiée?

Premier constat, beaucoup de pièces de la racer sont spécifiques. De belles pièces en alu comme les commandes reculées, les caches latéraux ou le saute vent. Mais aussi au niveau des finitions générales : les ailletes du moteur sont polies, alors que sur la stone elles sont peintes en noir, le cadre en epoxy rouge, la sangle de réservoir, le tout lui donne un petit côté prépa plutôt flatteur… la liste et longue et je tombe régulièrement sur des détails de finition différent.

Les suspensions ensuite, non seulement la paire de ohlins transforme vraiment le comportement, mais aussi la fourche, réglée différemment, et la position revue par les bracelets et les (magnifiques!) commandes reculées.

Au final, la Racer à un comportement plus rigoureux et sain que ces petites soeurs, et on peut vraiment apprécier le travail sur petites routes.

Ce n’est pas juste une belle néo retro, elle dispose d’un vrai agrément « sportif », avec une bonne position de conduite qui engage le pilote dans les courbes. Une seule ombre au tableau, qui rappelle immédiatement à l’ordre, la monture d’origine pirelli sport demon pas du tout adaptée. J’ai vraiment été déçu de ces pneus qui ne rassurent pas du tout. Sur l’angle il y a une vraie cassure qui m’a donné des sueurs froides plus d’une fois!

Moto Guzzi V7 3 III iii racer test avis prix comparatif Moto Guzzi V7 3 III iii racer test avis prix comparatif Moto Guzzi V7 3 III iii racer test avis prix comparatif

Et le grip est assez moyen et irrégulier, un meilleur train de pneu lui fera le plus grand bien! Surtout qu’ils ont commencés à craqueler sur le flanc au bout de 6 mois, pas tres rassurant…

Le freinage lui est suffisant, rien à voir avec un bon double disque moderne, mais il est progressif et efficace, et c’est déjà beaucoup! De plus il est signée brembo du maître cylindre aux étriers, italien jusqu’au bout!

 

  • Le Moteur de la V7 III Racer

Vient ensuite la pièce maîtresse de la machine: le moteur. Que dire de plus qui n’ai déjà été dit… je ne vais pas m’attarder sur ses caractéristique car la vraie découverte sur le sujet est arrivée 3 mois après l’achat ( une fois la moto rodée) quand j’ai installé une paire de silencieux Mistral.

Avec seulement 2 chevaux de plus sur le papier, il est évident que je ne les ai pas achetés pour la performance… C’est avant tout pour leur sonorité réputée que je les ai installés.

Pourtant, bonne surprise, en plus de la bande son fabuleuse qui lève les pouces des passants comme par magie, c’est tout le comportement qui a changé.

La plage de couple s’est allongée de presque 1000 tours vers le bas, et la machine s’est mise à relancer tout en souplesse là ou d’origine elle cognait d’avantage. 

Un vrai agrément supplémentaire qui a beaucoup changé ma conduite. Là où je roulais normalement à mi régime vers 3500 tours, je me surprenais à monter un rapport pour aller chercher ce couple tout en bas si agréable en ballade, à la manière d’un custom. Tout ça tout en bonifiant le mi régime, et on se retrouve avec un moteur plein partout, qui crépite généreusement au retrogradage, et qui continue à pousser jusqu’à 6000 tours. On prend un malin plaisir à ouvrir en grand pour profiter de toutes ces vibrations. Au final jamais 52 chevaux ne m’avait autant suffit !

Seule ombre au tableau de mon point de vue, la boîte.

Moto Guzzi V7 3 III iii racer test avis prix comparatif Moto Guzzi V7 3 III iii racer test avis prix comparatif Moto Guzzi V7 3 III iii racer test avis prix comparatif

Même si elle est bien guidée et douce a utiliser, je la trouve un peu courte pour profiter pleinement de la souplesse moteur. Je pense qu’elle a le même étagement que sur la v7 ii, mais avec le supplément de puissance et de couple apporté par le nouveau bloc, elle se retrouve courte.

En 6 eme à 130 kmh on est à 4500 tours, ce qui, sur autoroute, est rapidement penible. Dommage car la selle est confortable et à 130 la prise au vent compense bien l’appui sur les poignets. De plus, avec 400 km d’autonomie (réserve à moitié ) les etapes peuvent etre longues !

Bon après on peut se dire qu’un racer n’a rien à faire sur autoroute, mais pour partir loin c’est quand même bien pratique pour parcourir de la distance. Autre conséquence de cet étagement, une fois la moto chaude on oublie rapidement la première, trop courte, pour démarrer en 2nde sur le couple.

 

Mon avis sur la V7 III Racer

Au final je pense que choisir une guzzi, c’est choisir une machine encore fabriquée entierement en Italie (même les accessoires), et une conception dépassée qui en fait tout le charme! ( le plaisir du moteur à 2 soupapes par cylindre!).

Je sais que j’ai très peu de chance d’en croiser une autre sur la route ( modele numeroté ), et beaucoup de gens ont du mal à croire que tout est d’origine dessus.

Bien sûr il y a une part d’inconvénient: peu d’accessoires , informations limitées et réseau réduit, surtout dans le sud… et malgré tout le plaisir qu’elle procure, les performances sont désuètes…

Parfois la moto fais faire des choix surprenants, et c’est dans la diversité qu’on peut tomber sur la perle rare.

Je ne pense pas que je conseillerais à quelqu’un de manger des patates tout un hiver pour s’offrir une moto archaïque comme la v7, et pourtant si je revenais en arriere, je referais ce choix sans hésiter…

Notre avis / Les + et -
Moteur vivant et très attachant, surtout avec les mistralLook et qualité percueExclusivitéLavage très simple et rapide (cardan donc pas de graisse nulle part )
Pneus d'originePeu d'accessoires disponiblesEtagement de boîte un peu courtPrix
0.0Note finale