Voilà plus d’un an que j’ai craqué pour la nouvelle version de la Triumph Thruxton. Le 1200cc High Torque remplaçant le 900cc et surtout faisant de cette moto la plus puissante de la gamme neo classique Triumph. 1 an à la conduire en ville, sur les petites routes de campagne, sur les grandes routes rapides, sous la pluie, sous le soleil, sur la terre (mais pas sur la neige !). L’heure est venue de dresser mon bilan

Rappel du contexte

La mairie de Paris n’étant pas la plus sympa avec les véhicules et encore moins avec la moto. Voilà plus d’un an que j’ai du faire un choix. Me séparer de la 750 four Kogarashi et de la Moto Guzzi V7 pour privilégier un véhicule plus récent, plus puissant et plus pratique en centre-ville. Ayant testé la plupart des néo-rétros (quel dur métier :D), j’ai pas mal hésité entre la NineT et la Thruxton. Au final, le prix d’achat et surtout l’esthétique plus rétro que néo de l’anglaise m’a fait pencher en sa faveur. Et puis elle avait ce côté « Fun » que l’allemande n’a pas.

Et puis il y avait la version R. Perso, je n’accrochais pas vraiment. En terme d’évolutions cela comprend principalement une amélioration de la fourche et de l’amortisseur. Bon à moins d être un pilote sur circuit, la différence avec ceux deja excellent à la base n’est franchement pas perceptible et puis surtout je trouvais qu’ils « cassaient » le look rétro de la moto. Si on veut une fourche anodisée, on achète une sportive hein 🙂

La transformation 

En fait, je lorgnais allègrement sur leur Kit Track Racer comprenant une tete de fourche, les bracelets rabaissés, les nouveaux clignotants, la sangle de réservoir cuir et alu, les pots Vance & Hines, et la bavette arrière modifiée. Je me souviens lorsque j’avais testé cette moto quasiment un an auparavant que la finition et l’intégration était superbe, avec cette tête de fourche qui venait lecher le reservoir.

Et puis surtout, je ne voulais pas me lancer dans une transformation « lourde » impliquant des modifications du cadre etc…. rendant la moto non homologuée, alors que c’était exactement pour le contraire que je l’avais acheté.

triumph Thruxton truxhton avis test essai track racer pure white

La moto sous le bras et le kit sous l’autre (enfin presque), je me dirigeais vers l’atelier pour mettre la Thruxton en pièces détachées. Généralement, il est conseillé de laisser la pose du kit au concessionnaire mais il en fallait plus pour me faire peur.

La pose du kit est plutot très bien expliquée. Sur le site de la marque anglaise, des guides pas à pas expliquent quoi faire et comment le faire. Je tiens à préciser que la plus grosse galère a été l’arrivée d’essence de l’injection qui passe à un 1mm du moteur, avec tellement peu de cable qu’il faut se contorsionner les doigts pour réussir à la déconnecter..

Par contre, un concessionnaire fait généralement la modification totale en une grosse demi journée. Il m’a fallu 2 bonnes journées de travail pour arriver au bout. Cela reste compréhensif quand on avait pas envie de cramer toute l’électronique. Sur une moto de cette gamme, on prend son temps pour faire les choses bien.

Globalement, c’est faisable si vous êtes méthodiques et prenez le temps. Si vous avez le moindre doute ou stress à plonger dans les entrailles de votre nouveau véhicule, faites appel aux pros 🙂

J’ai également mis un de-catalyseur X Pipe de chez Evo-X Racing  permettant de libérer le moteur et le son des échappements. Ses 2 grands avantages sont : une modification 100% invisible, le catalyseur est en dessous du moteur, ca ne modifie donc pas la ligne d’échappement de la moto. Ensuite, le moteur devient plus souple à bas régime et combiné avec les Vance & Hines, le son devient plus rauque, plus profond, sans être abusé que ce soit pour vos voisins ou la police.

triumph Thruxton truxhton avis test essai track racer pure white

En action

Une moto c’est fait pour rouler et globalement une Thruxton ca le fait très bien. Franchement, y a rien à dire. Le 1200cc répond à l’appel sans cogner à bas régime en ville et a suffisamment d’allonge (même si le top speed est pas dingue) pour aller taquiner les copains sur voie rapide.

  • En ville

Bon bien que la Thruxton puisse tout faire, la ville reste souvent l’enfer des motos ( à contrario des scooters). Je crois que le plus gros point noir était le ventilateur moteur qui se met en route très régulièrement dès que l’on enchaîne feu rouge / accélération / feu rouge / accélération. Bon les motos n’aiment pas ca en général (et les conducteurs encore moins). Le moteur est super souple et l’on peut globalement être en 2nde 90% du temps. Meme des fois quand on oublie de repasser en 1ere, elle démarre sans broncher en 2nde et a suffisamment d’allonge pour rouler a 50/60km /h sans que le moteur souffre ou hurle.

Par contre, même avec le kit track racer qui abaisse les bracelets, je n’ai pas vraiment souffert de l’appui grâce notamment à la douceur des commandes qui permet de prendre l’embrayage ou passer les vitesses très aisément. L’angle de braquage est bon, la moto est étroite (attention aux rétroviseurs), elle a des watts et freine super bien ce qui permet de se faufiler sans subir la circulation.

triumph Thruxton truxhton avis test essai track racer pure white triumph Thruxton truxhton avis test essai track racer pure white

Et puis, faut dire qu’elle est super belle et que globalement tout le monde la regarde 🙂

C’est une belle moto qui attire la curiosité aussi bien du néophyte que du connaisseur qui justement découvre le kit Track Racer qui la différencie des autres.

Je me suis noté également que la sangle en cuir est « pile » au niveau de votre fermeture éclair. Et même en faisant gaffe, elle se patine jusqu’à abimer la première couche. Rien de grave, sachant que la sangle coute que dalle et qu’il vaut mieux que ce soit elle qui mange plutôt que la peinture du réservoir.

Aussi, au changement de plaquettes, elles couinaient. Je sais que c est un détail mais sur une moto neuve ca rend vraiment dingue. Quelques gros freinages (à chaud pour éviter de les glacer) et kilomètres plus tard, ce son strident a disparu mais je dois reconnaitre qu’il m’a particulièrement énervé.

Pour le confort, j’ai ajouté les 2 pads de genoux sur le reservoir Je conduis principalement avec les genoux et à basse vitesse, les quelques cm que cela rajoute permet de mieux sentir la moto et de la conduire comme un vélo.

En terme de consommation, je faisais environ 150km avec un plein complet.

  • En voyage

Bon on commence avec le bon ou le moins bon.

Allez le moins bon.

Le plus gros soucis : Emmener des bagages. Personne ici a envie de payer des sacoches et un kit de fixation a 800 €, alors comment faire pour emmener son matériel essentiel avec soi.

J’ai trouvé la solution avec Kriega et ses sacoches souples. En gros, pour ceux qui connaissent pas la Thruxton, c’est une mono (mais possibilité de la passer en duo avec un kit comprenant une selle et les reposes pieds passagers) avec un cul de selle arrondi. Autrement dit l’enfer pour poser un sac dessus.

triumph Thruxton truxhton avis test essai track racer pure white

Avec les sacoches souples, il m’a suffit de mettre la principale au centre (et du coup, elle absorbe la forme de la selle), et 2 latérales. Les fixations se font avec des sangles sur le cadre et des crochets entre les sacs + pattes de serrage. Franchement, c est top, ca bouge pas, et ca permet d’emmener pas mal de matos. Je précise qu’il faut bien virer la coque de selle pour ne pas l’abîmer.

Bon passons au meilleur. Sur les voies rapides, la tete de fourche apporte juste ce qu’il faut de protections pour à la fois être protégé mais aussi sentir le vent afin de soulager le poids sur les bras. Le moteur marche du tonnerre permettant aussi bien de cruiser a 130, pour rejoindre une destination que de mettre des watts sur une montée de col.

Egalement, je me suis mis une fixation téléphone sur le réservoir, sur la sangle juste devant les compteurs. Et bah il ne bouge pas pour le moindre grâce à la protection. Je le mettais branché en USB avec un câble long qui courrait sous la selle, et la, c était parti pour faire des kms sans avoir ni à se soucier de l’itinéraire ni de la batterie de son téléphone .

Les 3 modes de conduite : Rain, Normal et Sport sont un vrai plus quand soit la route est grasse soit qu’il faut ouvrir un peu 🙂

triumph Thruxton truxhton avis test essai track racer pure white

© Daniel Beres

triumph Thruxton truxhton avis test essai track racer pure white

© Daniel Beres

Je me souviens d’un passage en foret où l’ombre avait laissé de l’humidité et du « gras » sur la route. Et bah merci  électronique qui se déclenche pour éviter la cata. D’ailleurs, l’ABS est pas trop intrusif, le traction control fait bien son taf tout en permettant de s’amuser.

Je me suis tapé notamment quasi d’une traite un Nantes – Paris par les petites routes, et bien je peux vous dire que ce n’était pas moi, mais mes acolytes, qui était le plus fatigué.

En terme d’autonomie, elle enchaine 250km facile !

Les matériaux

Je précise que j’avais déjà eu une Bonneville Carbu par le passé. La moto était belle mais les matériaux était plutôt moyens : chrome qui se barrait, vis qui rouillaient etc…

Du coup, j’ai été particulièrement attentif à cette Thruxton. Que ce soit au niveau de la peinture, de visserie ou des matériaux en généraux, tout vit bien. Je précise tout de même que la moto dormait toujours à l’abri, ce qui permet de bien la préserver.

Je me suis cependant noté que sur les carters, après la pluie, il persiste des traces type « calcaire ». La meilleure solution reste le Belgom avec un chiffon doux pour les enlever.

triumph Thruxton truxhton avis test essai track racer pure white

© Daniel Beres

 

Mon verdict après un an en Triumph Thruxton

Bref, après tant de kilomètres passés à ses bracelets, mon avis est clair. Cette Thruxton est une excellente moto. Elle marche fort tout en ayant de la souplesse pour faire de la ville, elle est bien finie, la partie cycle est adaptée même à rythme élevé et globalement il n’y a pas grand chose à lui reprocher.

Même si de prime abord, elle semble plus orientée sportive. Elle peut globalement tout faire et plutôt bien. Par contre, assez dommage d’avoir à rajouter 300€ pour pouvoir emmener un(e) passager(e). Les finitions ont vraiment progressé chez Triumph et la fiabilité est au rendez vous.

Mais alors pourquoi ai je décidé de m’en séparer ? Tout simplement, car j’apprécie avant tout les motos anciennes. Si ca ne tombe pas en panne, ca ne fuit pas l’essence et que ca ne roule pas mal, ca me plait moins. Et puis j’ai des envies de Off Road, une des seules options qu’elle ne peut pas faire.

(Au cas ou, pour ceux qui ont craqués dessus, elle est actuellement sous garantie (constructeur et concessionnaire), sors de révision et à un prix cool chez Triumph GB Motos 94, ou le bon coin)

triumph Thruxton truxhton avis test essai track racer pure white

© Daniel Beres