Une plongée dans le Paris des années 70, entre bastons, rivalités de gangs, bikers, rockers et moto pétaradantes, ca vous dit ? Et bien c’est exactement ce que vous propose Serious Publishing avec « Race with the Devil ».

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cette maison d’edition, il est bon de rappeler qu’elle est associative et indépendante spécialisée dans la culture urbaine. Bon, avec une grosse préférence, pour tout ce qui se passe ou a pu se passer sur 2 roues avec notamment des ouvrages tels que Sonny Barger 60 years Hells Angels, l’assaut des motards ou encore le magnifique Moon Eyes Excellence 25 years (dont on vous reparle très vite).

Pour ce projet « Race with the Devil », Serious Publishing s’est entouré de Yan Morvan et de ses belles photos (checkez son histoire et son magnifique livre Blousons noirs, assez difficile à trouver). Il fut notamment reconnu l’un des meilleurs photographe de guerre et , a travaillé avec Guy George (à lire ici), a suivi les différents gangs durant plus de 20 ans, avant d’intégrer Paris – Match, le Figaro et Newsweek.

Le projet intègre également un témoignage de Loulou de Crimée, premier président du chapitre Hells de France. Il témoigne sur cette époque où les blousons noirs délaissèrent leurs mobylettes pour des Harleys.

Un beau projet, avec de magnifiques photos dont certaines à découvrir ici.

Petite maison d’édition + petites quantités implique un tarif un peu plus élevé que la moyenne. Mais au vu du travail passé, de la rareté de l’édition, ce livre sera un collector !  

Pour soutenir le projet « Race with the devil », ca se passe sur ULULE , 66€,  200 x 300, papier couché seminar 150grs, 200 pages, frais de livraison compris.

 

« Crazy Cavan jouait au Bataclan ce soir-là. Tous les cats de Paris et des alentours s’étaient donnés rendez-vous. Leur look cheveux-gominés-creepers-bolo-tie était passé de mode depuis longtemps, mais les Stray Cats changeraient bientôt tout ça ». PM

« La plupart portaient les cheveux longs, quelques-uns, la barbe. Elle croisa le regard de l’un d’eux, assis sur une Triumph qui ressemblait à celle de Brando dans L’Équipée sauvage ». PM

« Sur le banc de la rue de Crimée, on se prépare avec des cocktails Molotov, des manches de pioche, des sabres, etc. On se dit que s’ils viennent, on va les découper. Ils sont jamais venus »… Loulou

 

Pour soutenir le projet, ca se passe sur ULULE