Dans les années d’après-guerre, les britanniques et leur constructeur emblématique Triumph étaient les rois du muscle bike. 

Pour le motard à la recherche de puissance et de sensations, il n’y avait pas vraiment d’autre choix et la qualité des motos anglaises effaçait toute concurrence, en Europe.

Au même moment, de l’autre côté de l’océan Atlantique, le marché du deux-roues était en pleine expansion. Fidèles à eux-mêmes, les cousins américains fans de side-cars ne sont pas prêt pour autant à tirer un trait sur les performances. Ils se lancent alors à la recherche de motos encore plus puissantes pour la course et les randonnées.

Il n’en fallut pas plus pour toucher le constructeur britannique en plein cœur, ce dernier voulant à tout prix conserver sa couronne de leader du lâcher de chevaux.

Triumph Bonneville 6T thunderbird lac salé bonneville course record Triumph Bonneville 6T thunderbird lac salé bonneville course record

Dans cette course à la performance, le temps est précieux pour le constructeur. Triumph décide que plutôt que de construire un nouveau moteur à partir de zéro, il serait préférable pour les ingénieurs d’utiliser comme base le moteur de la Triumph Speed Twin 500c, conçu en 1937 par Edward Turner. Le moteur est alors optimisé et la cylindrée atteint dorénavant 650cc. C’est ainsi qu’à la fin des années 40, la 650 Thunderbird 6T apparaît enfin sur le marché.

Pour la petite histoire, elle sera présentée publiquement pour la première fois à l’autodrome de Linas-Montlhéry en France – autodrome populaire à l’époque de par sa piste de course ovale et régulière permettant aux testeurs de vitesse et d’endurance de réaliser des exploits. Ainsi, l’équipe de pilotes est parvenue à atteindre une vitesse de 160 km/h et a obtenu une moyenne de 148 km/h après 316 tours de pistes (un peu plus de 800km parcourus en tout). Après cela et pour asseoir encore un peu plus la fiabilité de la moto, les coureurs sont rentrés en bécanes jusqu’à l’usine Triumph en Angleterre.

L’équipée Sauvage & Marlon Brando

C’est le cinéma qui va vraiment offrir ses lettres de noblesse au modèle. En effet, 3 ans plus tard en 1953, le film hollywoodien « The Wild One » met en scène Marlon Brando en tant que chef d’un gang de motards, montant une Thunderbird de 1950 6T. Le film est un succès mondial, propulsant Marlon et sa monture au rang d’icônes du rebelle. Il participa à la légende du Thunderbird. 

Ironiquement à l’époque, les importateurs américains de Triumph – non conscients qu’une publicité même mauvaise est toujours profitable – voyaient cela d’un très mauvais œil et prédisaient un désastre en terme d’image pour la firme. Ils étaient même allés jusqu’à s’attaquer aux producteurs du film.

Thunderbird 6T suite et fin

La production du modèle continuera jusqu’en 1966 et malgré de petites mises à jour qui feront la renommée de la 6T, le Thunderbird s’éteint.
Il faudra attendre 1995 pour voir le nom ressortir de l’oubli, mais le modèle proposé par Triumph en 885cm3 pour 70cv n’a alors plus rien à voir avec le modèle d’origine.

Salt Flat Racer – Thunderbird

Triumph Bonneville 6T thunderbird lac salé bonneville course record

Triumph Bonneville 6T thunderbird lac salé bonneville course record

De toutes les Thunderbirds 6T qui ont été modifiées pour la course de vitesse terrestre et emmenées dans les légendaires lacs salés de Bonneville, cette moto est la plus célèbre de toutes.

Rendue légendaire en 1953 par le jeune pilote Robinson « Bobby » Sirkegian qui réalisa l’exploit d’atteindre une vitesse de 122mi/h (environ 196 km/h). Ce coureur de moto multidisciplinaire et incroyablement talentueux, qui n’a alors que 13 ans est devenu le premier grand champion national AMA/NHRA. Son père a dirigé la concession de Los Angeles (Sirkegian Triumph) et ensemble, l’équipe père-fils a construit quelques-unes des motos les plus rapides de l’État. Cette fine équipe est alors bien aidée par un ami de la famille, Roland « Rollie » Free, une légende des terres salées Américaine (mais qui est Rollie Free ?).

Avant de partir à Bonneville, la 6T Thunderbird  des Sirkegian a été reconstruite avec de nouveaux pistons et cylindres, un vilebrequin de gros calibre, des arbres à cames iskenderians spéciaux (de chez Isky Racing Cam), des palonniers, des pignons de distribution allégés et rétrécis, et une culasse élargie soupapes d’admission et d’échappement. Une petite préparation technique aux petits oignons…

Triumph Bonneville 6T thunderbird lac salé bonneville course record Triumph Bonneville 6T thunderbird lac salé bonneville course record Triumph Bonneville 6T thunderbird lac salé bonneville course record

De nouveaux ressorts de soupapes S&W ont été montés ainsi qu’une configuration spéciale de collecteur pour les carburateurs jumeaux Amal avec des cuvettes flottantes de type GP. En haut, ils ont remplacé le réservoir d’origine par une unité plus petite et plus légère de 3 gallons du modèle 3T de Triumph, et un moyeu de bobine sans frein a été monté à l’avant.

Bien que Sirkegian n’ait pas établi de nouveaux records, il a reçu un prix spécial pour avoir été le plus jeune coureur sur les Salt Flats de Bonneville.

Il y a environ 6 ans, le même Bobby Sirkegian a dépoussiéré son ancien 6T de Bonneville et a entamé une restauration complète. Après de nombreuses heures de travail, il a retrouvé la bécane qui a fait sa légende, dans le même état dans lequel elle se trouvait en 1953. Plus impressionnant encore, la moto est toujours accompagnée de l’étiquette de chronométrage SCTA de laiton de la course de Bonneville.

Triumph Bonneville 6T thunderbird lac salé bonneville course record

La brêle sera bientôt mise aux enchères à Las Vegas chez Bonhams le spécialiste des « motorcycles auctions ». Vous pouvez tenter de l’acquérir en vous inscrivant au préalable ici : bonhams.com. Sachez néanmoins qu’il faudra compter entre 16 000 et 18 000€ minimum pour pouvoir s’offrir cette pièce de collection (ce qui est au final pas si déconnant que ca !)