Disons-le tout de suite, on n’est pas vraiment amateur de grosses routières chez 4h10, mais quand on voit ce que Roland Sands arrive à nous offrir sur une base de Chieftain (petite soeur de la Roadmaster) on se dit qu’il ne les apprécie pas pour rien.

Indian Motorcycle, nous a proposé de les essayer et on avait envie de tester ce GROS moteur !

Ci-dessous la Chieftain de Roland Sands :

Indian nous a donc proposé d’essayer la Roadmaster et le Chieftain 2017

C’était un jeudi 26 janvier 2017 et il y avait une légère pluie.

Au petit matin, j’ai choisi une Roadmaster noire. Je me doutais que nous allions enchaîner les épingles sur des routes encore humides d’une pluie très matinale et je n’étais pas complètement serein (haha). Me voici embarqué sur la balèze Roadmaster au couple de 164,5 N·m et au moteur de 1811 cm3, sur les routes menant au col de Venge près de Nice.

Tout juste assis dessus, les deux pieds au sol, je me rends compte que son poids est imposant et qu’il va me falloir quelques heures avant de m’habituer. Pour une personne roulant sur des routières comme la Road Glide Ultra de chez Harley Davidson, j’imagine qu’il ne verra pas de différence de poids (407 kilos à sec et 424 en ordre de marche contre 414 kg à sec et 428 kg en ordre de marche pour la Roadmaster de Indian).

Pour ma part, j’ai dû passer des 220 kilos à sec de mon CX 500 Honda de 1979 à la Roadmaster. La différence était franche. 😉

Indian-Indian motorcycle-motorcycle-4h10-Roadmaster-Chieftan-ThunderBlack-Moto-1

Nous avons eu le droit à une présentation riche, aussi riche que la Roadmaster l’est techniquement. Entre son GPS/ordinateur de bord « Ride Command System », ces enceintes de 200 W (100 W sur la Chieftain) le top case et sacoches latérales à fermeture à distance, on n’a pas été déçu. Personnellement, moins il y a fonctions, mieux je me porte, mais c’est que l’on attend d’une routière, du confort.

Indian-Indian motorcycle-motorcycle-4h10-Roadmaster-Chieftan-ThunderBlack-Moto-1

Son tableau de bord est rapide à l’allumage (10 secondes), le démarrage se fait sans clé pour un dispositif plus pratique. J’avais l’impression d’être dans une voiture dernier cri avec les avantages de la moto.

La Roadmaster est bien évidemment équipée du Bluetooth et a un petit rangement qui pourra accueillir jusqu’à deux téléphones au-dessus du tableau de bord. Le Bluetooth fonctionne bien. Il m’aura fallu deux minutes pour me connecter et mettre le son à fond (kéké power on). Celui-ci fonctionne aussi avec vos casques compatibles Bluetooth.

Deux derniers points importants sur le Ride Command System, c’est que son écran fonctionne avec tous les types de gants. Par ailleurs, il est personnalisable, vous pourrez avoir un tableau de bord à votre image.

Indian-Indian motorcycle-motorcycle-4h10-Roadmaster-Chieftan-ThunderBlack-Moto-1

Une fois sur la route c’est une moto puissante que l’on retrouve avec son moteur Thunder Stroke 111 inspiré du moteur Indian Power Plus de 1940.

Le Top Case de 20 kilos vous demandera de l’habilité pour prendre les virages à basse vitesse. Pour moi, ce n’était vraiment pas facile et une fois de plus je pense que c’est une histoire d’expérience. Par ailleurs, le Top Case, comme les sacoches latérales ont un système très pratique pour être retiré en 5 minutes (montre en main). J’ai vraiment trouvé ça cool, surtout si vous êtes amené à l’utiliser sur de plus petits trajets. Le Top Case fait 64,4L (soit 195 bières de 33cl) et les deux sacoches 65,1L (environs 124 entrecôtes de 300g).

Un point franchement négatif, c’est le commodo… Bien que riche par ce qu’il a à offrir, celui-ci n’est vraiment pas facile d’accès. Mieux ne vaut pas à avoir à monter le son et débrayer en même temps… Ou alors, vous avez des pouces de 20 centimètres de long.

On a fait beaucoup de demi-tours pour prendre les photos qui illustrent l’article. Cette moto demande de sacrées guiboles surtout si l’on doit poser le pied au sol (oui, je suis tombé en faisant un demi-tour lent. Pas de moquerie!). Le poids et son rayon de braquage conséquent auront eu raison de moi. C’est un véhicule qui demande de la pratique surtout quand on vient de l’univers roadster.

Cette moto est agréable à partir de la 3e, elle a le son et le couple de 90 ch qui vont bien. À vive allure, vous pourrez régler le saute vent et gagner en confort. La suspension arrière est à réglage pneumatique et est vraiment de bonne qualité. Je me suis amusé à les tasser un peu sur les dos-ânes pour m’en assurer…

Quand on conduit un tank, on préfère s’assurer du freinage. À l’avant c’est un freinage double étrier, 4 piston et ABS. À l’arrière, c’est un système simple, 2 piston et ABS.

L’équipe de chez Indian nous a conseillé de prendre des ronds-points en 3e sans rétrograder pour apprécier son couple et sa transmission à engrenage. Elle permet de cruiser en ville, sans à avoir à passer d’une vitesse à l’autre.

Du côté de son esthétisme, le travail de finitions est au rendez-vous. La peinture est belle, la ligne générale est élégante, bien que ce soit une balèze routière !

Vous l’aurez compris, cette moto est éloignée de notre univers de prédilection mais il faut reconnaitre ses points forts. Tout d’abord un moteur au couple à revendre, et l’impression d’être assis dans son canapé.

Une bonne cure d’amaigrissement, des bracelets, un mini reservoir et vous voila parti avec une moto de dragster. Qui le tente ? 🙂

 

Pour les amoureux de long voyage avec madame, vous serez conquis ! Pour les amoureux de roadster, vous aurez l’impression d’avoir pris 30 piges dans la gueule (un papa).

 

Pour accueillir cette moto dans votre vie, il faudra quand même casser la tirelire :

À partir de 30 400 €

 

Fiche technique de la Indian ROADMASTER 2017 :

 

Train avant :

Fourche téléhydraulique Ø 46 mm, déb : 119 mm

2 disques Ø 300 mm, étriers 4 pistons

Roue AV : 130 / 90 – 16″

 

Chassis :

Cadre : en aluminium moulé

Réservoir : 21 litres

Hauteur de selle : 673 mm

Longueur : 2656 mm

Largeur : 1012 mm

Hauteur : 1572 mm

Empattement : 1669 mm

Poids à sec : 406 kg

Poids en ordre de marche : 421 kg

 

Transmission :

Boite à 6 rapports

secondaire par courroie

 

Train arrière :

Mono-amortisseur, déb : 94 mm

1 disque Ø 300 mm, étrier 4 pistons

Roue AR : 180 / 60 – 16″

 

Moteur :

Bicylindre en V à 49°, 4 temps

Refroidissement : par air

injection Ø nc

culbuté

2 soupapes par cylindre

1811 cc (101 x 113 mm)

≈ 90 ch

14.1 mkg à 2600 tr/min

Rapport poids / puissance : 4.51 kg/ch